Feu follet

«  Les négationnistes poursuivent l’œuvre des génocidaires.  » Luttes mémorielles juives et rwandaises. Entretien avec Jessica Gérondal Mwiza et Jonas Pardo

Les génocides font systématiquement l’objet de discours les dépolitisant et les remettant en cause. Autour de l’extermination des Juif·ves d’Europe et de celle des Tutsi au Rwanda, des thèses s’insinuent qui nient aussi bien la volonté d’anéantissement guidant les génocidaires que la réalité des massacres qu’iels ont perpétrés. Discussion croisée avec Jessica Gérondal Mwiza, militante afroféministe franco-rwandaise travaillant notamment au sein de l’association Ibuka France 1, et Jonas Pardo, membre du Réseau d’action contre l’antisémitisme et tous les racismes 2.

Lire la suite

  1. Ibuka – Mémoire et Justice est une organisation non gouvernementale internationale. Son travail consiste à perpétuer la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda, à poursuivre et à traduire en justice les responsables de crimes génocidaires et à soutenir les rescapé·es. En kinyarwanda, ibuka signifie «  souviens-toi  ».
  2. La première apparition publique du Raar a eu lieu en janvier 2021 pour les 15 ans de la mort d’Ilan Halimi.