Terre de feu (n° 7)

Chères contributrices, chers contributeurs,

Après une chevauchée à Ch’val de course, un road trip endiablé en Course à pied et une pause dans son Pied à terre, Jef Klak prépare actuellement son septième numéro.

Il s’appellera « Terre de feu » et traitera du feu qui couve. En fil rouge ces questions :

  • Sous quelle terre le feu couve-t-il ? 

  • Qu’est ce qui le fait prendre ou pas ?

Ce qui nous intéresse pour « Terre de feu » ce sont moins les flammes que le contexte et l’histoire de leur surgissement, ce qui les rend possibles même quand elles n’adviennent pas. Qu’il s’agisse d’un magma en fusion ou de braises restées vives sous la cendre, travaillant de l’intérieur ce qui ne s’est figé qu’en apparence, toujours prêtes à reprendre vie au moindre souffle.

La « terre de feu » dont traitera votre contribution peut être littérale (les incendies en Sibérie, le charbon d’un barbecue, le volcan qu’on habite, etc.), mais elle peut aussi désigner un mouvement social, un corps en proie aux éruptions cutanées, aux accès de rage, de douleur ou d’excitation, etc. Ce qui importe, c’est que le feu, qu’il soit destructeur ou prodigue, couve : qu’il ne soit pas pure spontanéité ni seulement puissance fugitive. Les flammes sont le résultat visible et spectaculaire du processus sur le temps long qui les fait naître ; l’éruption aussi brutale soit-elle n’est jamais absolument soudaine.

Alors, cher·es contributeur·trices, est-ce que cela vous inspire ?

Si c’est le cas, envoyez-nous une première note d’intention en quelques lignes – présentant le sujet, la forme, les axes importants et la taille de la contribution (entre 2 000 à 30 000 signes pour un texte, pour une contribution sonore, précisez la durée envisagée) – avant le 8 janvier.

À l’adresse :

  • comiteditorial@jefklak.org pour les textes ;

  • creationsonore@jefklak.org pour les sons.

Nous nous réunirons dans la semaine qui suit pour étudier les notes reçues.

Et après ?

Nous nous efforcerons de vous faire un retour au plus vite. Cependant, notre mode de fonctionnement collectif peut parfois nous ralentir considérablement, aussi n’hésitez pas à nous relancer si vous constatez que nous traînons un peu trop. En outre, il est possible que nous vous demandions de modifier la proposition à cause de contraintes de taille ou de traitement du thème.

Une fois la proposition acceptée, un⋅e référent⋅e sera désigné⋅e pour échanger avec vous et nous vous demanderons de livrer une première version avant le 1er avril. Sachez qu’entre avril et fin mai, votre contribution sera discutée par un comité éditorial qui pourra vous demander ou vous proposer quelques changements dans votre contribution, voire carrément la refuser en cas d’accord introuvable. C’est un point délicat, parce qu’évidemment Jef Klak n’existerait pas sans le travail (gratuit) de ses contributeurs et contributrices. Les changements proposés dans un texte ou une pièce sonore répondent à différents impératifs que s’est fixés Jef Klak : diffuser des pensées rigoureuses portées par des contributions de qualité, abordables et en cohérence avec celles qui figurent dans le numéro.

Alors, au grand plaisir de vous lire ou de vous écouter très bientôt.